La vie à la campagne

Si en ville les mongols sont vêtus à l’européenne et vivent majoritairement dans des appartements confortables, il en va différemment en campagne.

 

La yourte mongole: "ger"

Yourte Mongole "Ger"

C’est l’abri des nomades de l’Asie centrale depuis des siècles.

Elle est constituée de plusieurs couches de feutres entourant une armature en bois peint aux couleurs vives et recouvertes d’une coquille en coton blanc.

Le toît est fait de nombreuses perches en bois qui sont accrochées à leur deux bouts: d'un côté, aux murs de la yourte à l'aide de ficelle, et de l'autre, en passant par les trous  de la toono, grosse rondelle centrale qui soutient  le centre du toît.

Le feutre est un excellent isolant contre les rigueurs hivernales , le vent, la chaleur de l’été. Une couche de plus, une couche de moins et le tour est joué . Les nomades fabriquent eux-même le feutre à partir de laine de mouton mouillée puis comprimée.

La yourte n'a pas de fenêtre.La lumière y rentre par l'ouverture de toono ( qui permet également le passage du tuyau du poèle qui évacue de la fumée). Son unique porte dirigée vers le sud, elle est simplement posée sur le sol, ce qui permet de l’installer sur tous les types de terrain.

Montage d'une Yourte Mongole

Son montage prend 1 à 2 heures suivant sa dimension.Cela souligne les caractéristiques de l'architecture mongole: simplicité de montage et de démontage, facilité de transport. De plus, il est possible de l'agrandir.

A l’intérieur de la yourte, la vie de toute la famille s’organise autour du poêle central dans le respect d’un très ancien rituel auquel personne ne déroge. Le mobilier des yourtes est toujours le même : 2 à 3 lits coffres, une table basse, des tabourets, un buffet, le tout très coloré, disposés autour d’un poêle alimenté par de la bouse séchée . Face à l'entrée, coté nord,  se trouve un petit autel constitué de quelques lampes à beurre, d'une statuette de Bouddha et de photographie du Dalaï Lama. C'est dans cette partie de la yourte que seront placés les personnes les plus respectables.Le côté Est est réservé aux tâches ménagères et le côté Ouest à la famille.

Les temples-yourtes

Les premiers temples bouddhistes mongols furent des yourtes qu'il fallut agrandir pour recevoir tous les fidèles .Cela impliqua des modifications pour en assurer la solidité, colonnes , forme carrée....A partir du 16ème siècle les temples -yourtes furent  remplacés par des monastères  en pierres auxquelles on continua à donner la forme de yourte.

La Maîkhan

Il est très fréquent de trouver à côté de la yourte une tente traditionnelle .  Elles sont faites de deux perches verticales et d'une perche horizontale qui maintient les deux autres. L'ensemble est recouvert de toile fixée au sol par des piquets en bois. Elle servent d'abri pendant le voyage et  le voyage terminé, elles peuvent être utilisées pour stocker les réserves de fromage.

 

Tenue traditionnelle mongole

Homme et femme portent par dessus leur pantalon une longue tunique aux manches longues serrée à la taille, le deel, et des bottes fourrées aux bouts retournés ( pour ne pas " blesser la terre" en marchant ), un chapeau en feutre, indispensable pour supporter le soleil de Mongolie.Suivant les saisons le deel est en tissu léger, en drap de laine ou en peau retournée. 
Les nomades fabriquent tout ce dont ils ont besoin dans leur travail d’éleveur (cordage,harnachement...) comme le faisaient leurs parents et avant eux leurs grands parents. Pour des européens, le matériel de petit bricolage traditionnel, très ingénieux et entièrement mécanisé,est des plus surprenant mais particulièrement efficace entre leurs mains .

Jeunes nomades
La vie à la campagne se modifie petit à petit . Ainsi, si le cheval reste roi en Mongolie, beaucoup de jeunes lui préfèrent la moto pour se rendre au village ; leurs tout petits panneaux solaires leur permettent de regarder, serrés les uns contre les autres, l’image flou d’un feuilleton coréen. L’envie de s’ouvrir au monde moderne est visible chez les jeunes nomades qui, pour suivre leur scolarité, doivent s'éloigner de leur famille durant toute l'année scolaire. Mais malgré les difficultés et les inquiétudes de leurs parents,tous tiennent à leur mode de vie.

 

La musique

Les mongols aiment chanter. Le chant a une place très importante dans leur vie et il en existe de nombreuses variantes. En voici un petit aperçu :


- Le plus surprenant est le khöömi, un chant diphonique dans lequel l’interprète, un homme( sauf quelques très rares exceptions,) produit deux sons en même temps :un premier son avec la gorge un deuxième son avec la langue qui module l’air soufflé. Ce chant symbolise les bruits de la nature ( vent, eau, oiseaux….)


- Le chant long est un chant mélancolique, avec une mélodie très longue . D’une voix puissante et majestueuse, l’interprète va chanter le plus longtemps possible sans reprendre sa respiration.Certaines mélodies sont de grands classiques du chant mongol et sont chantées depuis plusieurs siècles.


- Le chant épique ( tuuli )


- Le chant court , c’est le plus utilisé dans les réunions de famille. Il chante l’amour,l’aventure...

Certains chants, transmis de génération en génération, ont une connotation chamanique,comme le magtaal, chanté lors de la fête du naadam. Ce chant est dédié à la beauté de la nature, à la force des lutteurs, au chevauchées dans la steppes.... Il raconte sous forme chantée et versifiée tous les évènements importants de la vie nomade.
Il existe également une grande variété d’instruments : luths, vielles, guimbardes, flûtes,cithares, hautbois, cornets…….La plus pratiquée est la vielle de cheval, une vielle à deux cordes en crin de cheval avec un long manche terminé par une tête de cheval sculptée. C’est l’instrument utilisé pou raccompagner les maagtals lors du naadam.
Les spectacles présentés par l’opéra d' Ulaan baatar permettent de découvrir la grande richesse de cette musique.

 

ECRITURE MONGOLE

L'alphabet mongol traditionnel fut adapté de l'alphabet ouighour

 (un descendant de l'alphabet syriaque via l'alphabet sogdien) au xiiie siècle.

 

La caractéristique principale de cette écriture est sa direction verticale ; il s'agit d'ailleurs de la seule écriture verticale à être écrite de gauche à droite. L'alphabet comporte 35 lettres, 8 voyelles et 27 consonnes. Tout comme l'alphabet syriaque, les lettres de l'alphabet mongol possèdent au plus trois formes suivant leur position dans un mot : initiale ou isolée, en début de mot ou citée individuellement ; médiane, à l'intérieur d'un mot ; finale, en fin de mot.

 

La vie en famille en Mongolie

La religion en Mongolie

Les grandes fêtes mongoles